Newsletter
jcangelini

Le débat et l'anathème

Marti u 25 di Farraghju 2014



Le débat et l'anathème
Un ouvrage, paru en mars 2013, a fait grand bruit dans le monde de la sociologie.
 
Il a été publié par Gérald BRONNER, Professeur à l’université Paris-Diderot, membre de l’Institut Universitaire de France et lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques.
 
Parmi les idées qu’il développe, l’une d’entre elles me paraît correspondre à la situation actuelle de Portivechju : c’est celle de la « massification de l’information conjuguée à l’avarice mentale ».
 
Par « massification de l’information », l’auteur entend la profusion d’information(s), depuis les supports classiques, livres et journaux, jusqu’à internet et ses innombrables réseaux.  
 
Il démontre que cette profusion d’information(s) et sa plus grande accessibilité, n’aboutissent pas forcément à l’amélioration générale des connaissances.
 
Par « avarice mentale », l’auteur évoque l’attitude qui consiste à confirmer une opinion, sur la base d’un raisonnement simpliste.
 
Or, rappelle Gérald BRONNER, le progrès et le développement d’une société reposent sur la compréhension, la recherche d’explications étayées, solides et argumentées des phénomènes.
 
C’est le chemin inverse qui est encouragé par la conjugaison de la « massification d’information ».
 
La page Facebook de mon concurrent en fournit souvent, à mon grand regret, une parfaite illustration.
 
Sa philosophie repose sur la crédulité et l’avarice mentale, toujours aux sens donnés par le célèbre sociologue.
 
Mon concurrent a en effet cautionné la présence d’énormités budgétaires, comme celle qui qualifiait « d’aberrant » l’examen de données relatives à la population et à la dette d’une commune ; ces données aboutissant à un ratio prévu par la loi et utilisé par toutes les communes de France.
 
Voici qu’il récidive, avec des propos de l’ordre de la « petite leçon d’enfumage…. » et du « retour à Portus Syracusanus »… 
 
Je ne relèverai pas l’indigence des contenus, pas plus que les anathèmes habituels.
 
Je me contenterai d’un simple constat : aucun d’entre eux ne contient un seul argument étayé, un seul chiffre, une seule construction cognitive !
 
Nous voici donc au cœur de la thèse de notre sociologue.
 
Une « massification d’information » et pas d’argumentation afin de flatter « l’avarice mentale », celle qui conforte une audience chancelante…
 
Avec mes amis, au quotidien, nous préférons travailler pour convaincre la population, sur la base d’éléments étayés, qu’il n’est pas le gestionnaire avisé qu’il prétend être ; qu’il ne s’est guère soucié de l’intérêt collectif, par exemple en matière de logements sociaux ; et surtout nous expliquons les termes de notre projet, rendu public dimanche dernier,…en guettant désespérément les propositions de notre concurrent !
 
Sans argumentaire, son équipe et lui ne peuvent plus fonder leur campagne que sur l’anathème…
 
Bien curieuse destinée pour la troisième ville de Corse… Mais fort heureusement un autre avenir nous tend les bras !
 
 
A prestu !
 
 
 
 

Jean-Christophe ANGELINI




Suivez-moi sur Facebook

Galerie
Ecosse 1
Eco
GC9P5017 bis

L M M G V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31